top of page
  • Photo du rédacteurKaterina Chronopoulou

Le Corps-Mémoire

Dernière mise à jour : 9 mai

On a découvert depuis quelques décennies l'importance de la vie intra-utérine et, plus récemment, que le foetus "entend par la peau" grâce aux vibrations que la voix provoque dans l'eau.

 

Nous sommes au début de notre vie des êtres vibratoires à l’affût de tout ce qui fait signe, le toucher étant notre sens le plus archaïque, le son porteur de sens s’inscrit par le biais de la peau parmi les ressentis les plus anciens… Cette peau intelligente se révèle très tôt comme un organe de communication actif et subtil permettant la discrimination.Catherine Dolto Tolitch

 

Notre expérience de thérapeutes psycho-corporels nous montre de nombreux exemples où le transfert s’exprime à travers des symptômes qui renvoient à la mémoire du corps. Il n’est pas rare lors de séances, que le corps du sujet dans le contact avec le thérapeute, par la parole ou le toucher, laisse apparaître un signe lié au transfert : marques de forceps sur les tempes, ou rougeurs dues à l’étranglement du cordon ombilical alors que les personnes ne connaissent pas les circonstances de leur naissance ; marque d’une gifle reçue dans l’enfance, dont la personne n’avait plus le souvenir ; surgissement d’une douleur et d’enflure à l’endroit d’une fracture… Ces signes du corps s’accompagnent de ressentis et d’émotions que le sujet ne peut pas toujours rattacher à un souvenir conscient, mais qui attestent d’une réalité vécue.


Extrait d’un article écrit par Catherine Choury, Michel Claverie, Tony Fournier, Catherine Jenny, Eliane Jung-Fliegans, Dany Parisi-Claverie, Vincent Riedinger, Jean-Max Tassel, Claude Vaux membres de l’Association Européenne de Thérapie Psychocorporelle et Relationnelle


Le toucher notre sens premier

Comments


bottom of page